dimanche, octobre 30, 2005

Chambre 232

Chambre 232
7 heures d'Attente pour récupérer une chambre ...

Chambre 232
Juste un fauteil pour dormir
mais ma fille peut au moins fermer les yeux
Eviter les regards des autres dans le couloir
les ronflements, les toux et autres délires verbaux en tout genre

Tout ça est un peu trop
pour une petite fille ...
et même pour moi
l'intraveineuse
le cathéter
les cris ..
l'infirmière a manqué son coup

Tout ça est parfois trop pour moi ..
tout ça tout ça tout ça
n'aide pas au sommeil ...
mais malgré tout je la vois plus reposée
et je me dis que
Juste cela ...
cela suffit pour moi ...

mercredi, octobre 26, 2005

La possibilité d'une île

À la page cent cinquante trois de son dernier livre, Michel Houellebecq écrit :

" .../... à partir d'un certain âge, la vie devient administrative - surtout."

Disons que cela requiert un long silence et une intense réflexion face à ce qu'il décrit
comme une " véracité écrasante"...

L'être humain n'est-il qu'un Fonctionnaire de l'Impossible ?
Ne recherche-t-il qu'à combler des vides, qu'à remplir sa vie de petits moments plus ou moins sordides, s'entraînant à la Mort ...attendant la Mort, plus ou moi patiemment ?
Car, finalement, c'est le point d'arrivée de chacun ...
Quoique l'on fasse... ou que l'on soit ...le fait est que c'est l'unique chose commune qui nous rassemble sur la grande route de la Vie ...

vendredi, octobre 21, 2005

le problème

La chose ennuyante, pour ne pas dire stupide ou voire pire,
c'est que la plupart du temps supplémentaire ( genre 20 à 25 heures de plus par semaine de 40 heures - éh oui ..c'est aussi ça l'Amérique ...)dans l'Industrie du Jeu Vidéo, est du, à la base, à une gestion faible ( pour ne pas dire inadéquate ou inepte - mais si ça se trouve ...c'est fait exprès ...).
Cette gestion faible résulte en un travail inefficace.
Avec le temps supplémentaire, on ne peut que, partiellement compenser cette faiblesse ...
Car le temps supplémentaire résulte , la plupart du temps, en un travail peu concentré, encore une fois mal géré et souvent encore plus inefficace que la gestion précedemment citée ...
surtout quand ce temps supplémentaire n'est pas payé ( hormis en bonus) et qu'il dure 5 mois ...

Bref ...on est un peu dans la mouise quand même ...
Voilà ...c'était mon constat du Jour ....

jeudi, octobre 20, 2005

Encore un rêve de merde ...

Purée ... encore une nuit pourrave ...
Je vous fais le topo de mon rêve ....
Cela se passe sur une sorte de toit d'immeuble assez grand vu quon doit bien être au moins 20 ou 25 personnes .... y a de la musique ...une sorte de bar ou les gens rient et gueulent comme des putois ...
Le truc c'est que j'arrive pas à voir bien le monde ...les objets par contre sont bien nets et précis ....vraiment bizarre comme sensation ...bref ..j'essaye de faire semblant de m'intéresser aux gens qui me parlent ...vu que je comprend pas grand-chose tellement la musique est forte ... et vu que je vois pas c'est qui .... je peux pas vraiment émettre de commentaire songé par rapport à mes connaissances particulières de la sus-dite personne ( me faites pas dire ce que je n'ai pas dit ....)

Bref ....ça dure vraiment longtemps ... mais tellement longtemps que je m'emmerde autant que si j'étais à une soirée entre collègues de bureau ... J'ai l'impression d'avoir bu au moins 15 Mauresques Tranxène ... ( j'aurai pu faire mieux ...mais j'étais pas en forme ....)

Tout à coup je m'approche du bord car c'est étrangement le seul point hyper net que j'arrive à voir ... comme si j'avais une sorte d'objectif macro sur ce point précis ....

Je m'approche de plus en plus ... assez saisissant comme sensation subite ( essayez de le dire 30 fois très vite ...) je vois ...je perçois tous les détails ...je les sens presque tellement le relief semble m'effleurer ....

Je me penche tellement pour regarder la corniche ...que ...bien évidemment ...je tombe par dessus ... et je tombe .... je tombe ..pendant un bon moment encore ( décidement ... c'est pas ma soirée, vous me direz ...)

Finalement je m'écrase en bas comme une merde ...et j'ai encore le bruit dans la tête de mon crâne qui explose et de la cervelle qui se répand un peu partout sur le trottoir ...


Remarquez ...le bon dans tout ça ..c'est que j'aurai plus mal à la tête ....
Comme dirait Mossieur Slobodan ( Tiens d'ailleurs .. Comment va-t-il ? ) :

Allez ...

lundi, octobre 17, 2005

jeudi, octobre 13, 2005

mercredi, octobre 12, 2005

Colombs ou Vespucci??

Amerigo Vespucci
Un nom pour le Nouveau Monde

I. La Jeunesse de Vespucci.
C'est le 9 mars 1454 que naquit à Florence Amerigo Mateo Vespucci, fils de Nastagio Vespucci, notaire, et de Lisa de Andrea Mini. Très rapidement, Amerigo et ses frères et soeur, Girolamo, Bernardo et Agnoletta, furent délaissés par leur mère qui préférait s'occuper de l'aîné Antonio.Amerigo apprit beaucoup auprès de son oncle, Giorgio Antonio, lequel fréquentait la Maison des Medicis, haut lieu de la culture florentine. Les peintres florentins de l'époque, tels que Léonard de Vinci et Sandro Botticelli, s'intéressaient beaucoup à la famille Vespucci.
Entre 1478 et 1480, l'oncle de Amerigo, juriste de renom, décide de l'emmener en France pour le servir en tant que secrétaire d'ambassade. Ce séjour à Paris permet à Amerigo de rentrer en contact avec les personnages les plus illustres de la Cour française et de nombreux marchands florentins, venus en France pour leur négoce
Dans la capitale française, Amerigo rencontre certainement Bartolomé Colomb, venu solliciter le roi Louis XI afin d'obtenir une aide pour son frère dans ses projets de découverte d'une nouvelle route pour les Indes.
En 1482, Le père de Amerigo décède et le contraint à revenir en Italie pour s'occuper de la succession familiale, comme l'avait demandait Nastagio dans son testament.Il obtient ensuite un poste d'intendant dans la Maison de Lorenzo de Pier Francesco (dit le "Popolano"), une des branches de la famille Medicis.La Maison de Lorenzo de Pier de Francesco est le lieu de rencontres et de discussions des poètes, des hommes de lettres, des philosophes, des scientifiques et des peintres de Florence. Au cours de ces réunions on discute des différentes races et de la possible existence de terres au sud de l'équateur.
Amerigo n'a plus beaucoup de relations avec sa famille, excepté son petit frère Bernardo pour qui il a beaucoup d'affections. Ami des femmes, mais ennemi du mariage, Amerigo entretient des relations éphémères avec des filles de joie. II. Amerigo à Séville.
La famille Medicis fait du commerce dans toute la péninsule ibérique. En septembre 1489, le correspondant de Lorenzo de Pier Francisco l'informe de la mauvaise gestion des comptes de Séville. Le "Popolano" décide alors d'y envoyer des hommes de confiance pour y remettre de l'ordre.C'est ainsi que Amerigo rejoint Juanoto Berardi dans la capitale andalouse au début de l'année 1492.
Depuis plus de dix ans, Juanoto Berardi , travaillant pour le compte des Medicis, est le commerçant florentin le plus influent en Andalousie.En avril 1492, au moment où Christophe Colomb et les Rois Catholiques signent les "Capitulations de Santa Fé" à Lugo, Berardi et Francesco Riberol (futur banquier et ami de Colomb) attendent eux aussi pour signer un traité qui les autorisera à conquérir l'île de Palma.On ne sait pas si Vespucci a rencontré Christophe Colomb à cette occasion. Mais on est certain qu'il était présent à Barcelone quand l'Amiral fut reçu triomphalement de son premier voyage. Depuis ce jour, Amerigo Vespucci et Christophe Colomb vont entretenir des relations commerciales dans un premier temps, puis d'amitié et de réelle confiance.
Au service de Berardi, Vespucci prend part à l'affrètement de la deuxième flotte de Colomb en route pour les Indes, laquelle prend la mer à Cadix le 25 septembre 1493.Au début de l'année 1494, Bartolomé Colomb se met d'accord avec Berardi et Vespucci pour préparer le voyage qu'il doit entreprendre en avril. Les accords commerciaux concernent des cargaisons d'esclaves noirs.
A la fin de l'année 1495, Berardi décède. Mais cela n'arrête en rien Amerigo Vespucci qui affrète une flotte de 4 navires qui prennent la mer en février 1496. Mais les navires font naufrages près des côtes de Cadix, Rota et Tarifa.En juin 1496, au moment où Vespucci fait les comptes de son naufrage, Christophe Colomb revient de son second voyage et il noue avec le florentin de grandes relations.III. Les voyages de Vespucci.
Que Vespucci se soit intéressé au Nouveau Monde entrevu par Christophe Colomb, le fait est indéniable. Mais la principale question que se pose les historiens c'est le nombre de voyages que le florentin aurait réellement effectué. Le nom de Vespucci ne figure sur aucune des listes d'équipage et la seule chose que nous savons de ses voyages, nous l'apprenons à travers ses lettres.
Dans la première de ses lettres, Mundus Novus, qu'il adresse à Lorenzo de Pier Francesco au mois de mai 1503, Vespucci raconte son voyage sous pavillon portugais. Il aurait quitté Lisbonne le 14 mai 1501, passé le Cap Vert et débarqué sur la "Terre Ferme" (entre le Venezuela et le Brésil). Il fait part de son impression de se trouver face à un Nouveau Monde.
La seconde lettre de Vespucci est adressée le 4 septembre 1504 à Piero Solderini, Magistrat suprême de la République Florentine. Il y décrit quatre voyages vers le Nouveau Monde: Les deux premiers au service des Rois Catholiques, et les deux autres pour celui du roi Don Manuel Ier du Portugal.- Cadix, 18 mai 1497 - 15 octobre 1498 : Vespucci affirme avoir touché la Terre Ferme (16° N - 90°O), ce qui retirerait à Christophe Colomb la primauté de la découverte du continent américain. Mais les relevés ne correspondent à aucun point de la côte mais à un lieu se trouvant à l'intérieur du Honduras.- Cadix, 16 mai 1499 - 8 septembre 1500 : Cette expédition coïncide avec celle de Ojeda qui passa par Trinidad et le Honduras.- Lisbonne, 10 mai 1501 - 7 septembre 1502 : C'est le voyage qu'il décrit dans "Mundus Novus" où il aurait été le pilote de l'expédition. Selon cette version, le but du voyage était la recherche d'un passage au sud ouest à une latitude qui serait proche de celle du détroit de Magellan.- Lisbonne, 10 mai 1503 - 18 juin 1504 : Ce voyage n'est pas facile à identifier. Peut-être correspond il à celui de Gonzalo Coello.
Les lettres adressées à Lorenzo de Pier Francesco sont différentes. Les routes indiquées dans celles à Solderini ne correspondent plus.Que Vespucci ait participé à des voyages vers le Nouveau Monde, on en est certain. Mais le nombre de voyages, les dates et ce qu'il décrit est très incertain.Cependant, les géographes, les astronomes, les érudits et les marchands peuvent découvrir dans les lettres de Vespucci de précieuses informations (l'usage de la coca, des combats avec des tribus cannibales, la description d'animaux inconnus, l'utilisation du hamac, etc...).
A la fin de l'année 1504, Vespucci se retrouve à Séville. La ville a subi de grands changements. Son ami Christophe Colomb est tombé en disgrâce; la reine Isabelle la Catholique est morte.Vespucci ne se fait plus valoir que par son talent d'écrivain, mais passe aussi pour un charlatan.Pourtant, en en février 1505, le roi d'Espagne nomme Vicente Yañez Pinzon et Amerigo Vespucci, capitaines d'une prochaine expédition vers les Indes. pendant un an les deux hommes préparent le voyage, mais en novembre 1506 le roi Ferdinad meurt et le projet est abandonné.
En 1507, Vespucci travaille pour la "Casa de Contratacion" dont il devient le premier pilote. Son travail consiste à désigner les pilotes et dessiner les routes des futures expéditions. Cette tâche l'empêche de naviguer. Vespucci qui espérait voir de ses yeux d'autres merveilles doit se contenter des récits des autres découvreurs.
Amerigo n'a plus beaucoup de contacts avec sa famille. Sa mère meurt en 1509 et il entretient encore quelques relations avec ses frères Bernardo et Antonio.Le 9 avril 1511 il rédige son testament dans lequel il fait de ses deux frères ses légataires. Depuis cette date l'histoire a perdu la trace de la vie de Vespucci. Nous ne savons plus rien de lui jusqu'à ce qu'il décède le 22 février 1512 des suites possibles de la peste qui ravagea Séville en 1510IV. Amerigo, un nom pour le Nouveau Monde.
Amerigo Vespucci est mort, mais son nom, ou plutôt son prénom, allait faire couler beaucoup d'encre. Chacun sait que le continent américain fut baptisé à partir du prénom du navigateur florentin. Mais comment en est on venu là si tout le monde admet que ce fut Christophe Colomb, le premier à avoir posé le pied sur le continent américain ?
Christophe Colomb aurait débarqué au Venezuela et se serait retrouvé face à l'Orénoque. Pensant avoir débarqué une fois de plus sur l'une des nombreuses îles des Caraïbes, il renonça à explorer cette nouvelle terre. Mais les données qu'il consigna dans son journal de bord confirment qu'il avait bel est bien posé le pied sur le continent.Alors pourquoi ne pas l'avoir baptisé "Colombie" ?
Cette "erreur" géographique, cette "imposture" diront certains, nous la devons à un géographe de Saint Dié en France. Dans cette petite ville des Vosges, en Lorraine, un imprimeur du nom de Gauthier Lud décide en 1507 de rééditer la "Cosmographia de Ptolémée", l'ouvrage géographique de référence à cette époque.
Les nombreuses découvertes de ces dernières années impliquaient qu'on la corrigeât. Pour tracer et graver les nouvelles cartes on fit appel à un jeune géographe du nom de Martin Waldseemüller. Sur quelles bases allait on s'appuyer pour la description de ces nouvelles terres ? C'est alors qu'on se souvint qu'un certain Amerigo Vespucci fut le premier à faire état du Nouveau Monde dans sa lettre de 1503 intitulée "Mundus Novus".
C'est ainsi que le 25 avril 1507, un ouvrage de 52 pages fut publié, dans lequel apparaissent les cartes des terres nouvellement découvertes et les récits des 4 voyages de Vespucci.Le nom de Vespucci apparaît sur la couverture de l'ouvrage comme étant le découvreur du Nouveau Monde. A l'intérieur du livre, il est dit que Amerigo Vespucci a été le premier à révéler ces terres au monde.Waldseemüller y mentionne même la quatrième partie de la terre et ajoute comme proposition personnelle, "que l'on pourrait appeler désormais terres d'Americus ou America, puisque c'est Americus qui l'a découverte
C'est donc le 25 avril 1507, que fut baptisé le Nouveau Monde. Car c'est cette proposition d'un géographe de province que l'Histoire va retenir.Quelle injustice diront certains. Mais à cette époque personne n'avait de notions précises du continent. Pas même Christophe Colomb qui crut jusqu'à sa mort avoir navigué entre les nombreuses îles des Indes.
Alors ce nom de America proposé par Waldseemüller, si puissant phonétiquement, allait vite s'imposer et être adopté en quelques années par tous ceux qui découvraient le Brésil, le Chili, l'Argentine et tout le Nouveau Monde

12 Octobre 1492

Christophe Colomb découvre l'Amérique
Après deux longs mois de mer, le navigateur génois et ses hommes découvrent ce qu'ils croient être les Indes. Persuadé d'avoir atteint l'Asie des épices Colomb baptise ces nouvelles terres "les indes " et les hommes qui les peuplent "les indiens". Mais Colomb se trompe, il vient de découvrir une île : Holguin ( qui deviendra CUBA ) et non pas le continent asiatique. Ses trois caravelles la Niña, la Pinta et la Santa Maria, accostent sur l'île de Guanahani dans les Bahamas actuelles. Après en avoir pris possession au nom des rois catholiques espagnols Isabelle et Fernand, il lui donnera le nom de San Salvador.

Quelle burne ...

mardi, octobre 11, 2005

jeudi, octobre 06, 2005

Un son au fond du jardin ?

THE DAY I TRIED TO LIVE

I woke the same as any other day
Except a voice was in my head
It said seize the day, pull the trigger
Drop the blade, and watch the rolling heads

The day I tried to live
I stole a thousand beggar's change
And gave it to the rich

The day I tried to win
I dangled from the power lines
And let the martyrs stretch
Singing

One more time around might do it
One more time around might make it
One more time around might do it
One more time around

The day I tried to live
Words you say never seem
To live up to the ones inside your head
The lives we make never seem
To ever get us anywhere but dead

The day I tried to live
I wallowed in the blood and mud with
All the other pigs
I woke the same as any other day you know
I should have stayed in bed

The day I tried to win
I wallowed in the blood and mud with
All the other pigs
And I learned that
I was a liar
Just like you


Music: Cornell Lyrics: Cornell

Pas d'espoir pour la SPR!

Après la SPA , à quand La Société Protectrice des Robots ?
Je veux parler pour nos amis les chiens de Salon type "AIBO" ou chiens de DS (Nitendogs) qui partagent un point commun pacifiquement intéressant : on ne peut pas être violent avec ces Cyber boules de poils! D'abord sur console DS par le fait que cela semble inconcevable et inutile de favoriser la violence, (une forme de torture virtuelle en quelque sorte), et , pour ce qui concerne AIBO, si l'idée éventuelle de le taper pour vous détendre vous prend, m'est avis que l'autre idée que vous êtes en train d'aggraver dramatiquement le vieillissement d'une machine bourrée de technologie que vous venez de payez deux mille Euros peut vous retenir!
Le bonus du cyberdog : plus besoin d'aller chez le véto, pas de vaccin ni de visite de routine pour partir à l'étranger. Adieu donc les files d'attente et le stress des cliniques(pfffff, sans rancune!)
Pas de babave non plus sur ses mocassins en daim (à petits glands noirs ;-) ), pas d'aboiement intempestifs et essentiellement nocturnes, pas d'investissement dans la dernière niniche, ni dans un collier FUN et dernière tendance.
Un petit inconvénient quand même peut être à soulever : aucun des chiens virtuels ne cherchera à s'accoupler! (exit les accros de "c'est la nature!")
N''espérez donc pas rentabiliser votre achat en revendant les petits… Notons aussi que pour le moment, aucun des chiens comparés n'a les moyens techniques de faire la vaisselle ou le café, bon, les z'otres non plus vous me direz! Mais je reste optimiste.
En contrepartie, force est de reconnaître qu'ils ne coûtent pas cher en Canigou et croquettes Botoutoubopoils.
Si vous possédez déjà un chien, mais un vrai, avec des poils et tout et tout (et surtout des poils qu'on retrouve partout), et que vous ne comptez pas investir pour le moment dans la mécanique ou la technologie, vous pouvez quand même avoir l'air branché dans la rue : tricotez au chienchien normal et has been une veste en papier alu et des lunettes de soleil!
Vous ferez sûrement sensation avec votre chien hybride (et ybrille aussi).
Et si d'aventure (en aventures, de port en port, de train en train...) Tata vous demande comment va le toutou à sa mémère, faites mine de consulter votre messagerie texto sur votre portable et dites : " Oh! je sais pas encore comment il va, mais il doit m'envoyer un mail pour me dire quand il aura faim." ouaf ouaf!! là je m'éclate!!

Côté avantage (encore!) comparé à un vrai chien, les Cyber sac à puces informatiques ne prendront jamais la mauvaise habitude de déféquer dans le salon ou la salle à coucher, et n'ont pas besoin d'être sortis six fois par jour qu'il neige ou qu'il vente, et ce à la plus grande joie des gardiens de l'hygiène publique urbaine. Rien que pour ça, j'adore les chiens du futur!
Perso, je suis limite raide dingue du dernier AIBO, je ne demande qu'à le voir fonctionner (ailleurs que sur le catalogue papier glacé de Joué-club). Imaginez que dans quelques années, ces « puppies » pourraient véritablement faire partie de notre vie courante.
TIN TIN TIN! (à prononcer façon Renaud Seichan)
La génération des robots serviles accouchés des romans de science-fiction approche… (mais non ça craint pas!!) TIN TIN TIN!
Et je me demande par la même occasion jusqu'à-où nos amis concepteurs japonais iront dans
l' a(dé)ffection virtuelle???

Druzi-la-futile

mercredi, octobre 05, 2005

et ...?

et bien ..si c'était pour faire ça ...c'était pas la peine ...

enfin j'me comprend ....
Ya des jours ou tu te demandes des fois ...

Entchoulée de société ...

lundi, octobre 03, 2005

A la mode

Comme c'est à la mode, semble-t-il, de rajouter en bas de sa signature email des petites phrases pro-actives, des proverbes ou des sortes de mantras motivationnels ( j'invente aussi parfois ) ...
j'ai donc rajouté, moi aussi, et ce, pour ne pas me sentire exclu de la masse capitaliste en devenir, ma petite phrase choc ...

la voici : " Un Bon Golfeur ...est un Golfeur mort ..."


Merci à Ramòn pour l'inspiration de ce moment ...éphèmere s'il en ait ...mais néanmoins jouissif ...